Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2018 4 11 /01 /janvier /2018 15:13

 

Pour le retour de nos sélections endiablées, nous avons opté pour une thématique label. C’est celui de John Peel que nous mettons à l’honneur aujourd’hui, cofondé avec Clive Selwood d’Elektra qui s’occupait de la partie commerciale et promotionnelle, alors que Peel se mettait les nougats sous la table pour le festin artistique. Ceci explique peut-être pourquoi l’aventure fut éphémère (quatre années). Quoiqu’il en soit, le label est un témoignage passionnant de l’état de la musique populaire britannique au début des 70’s, quelques orteils dans les traditions beat/pop/folk et un pied dans l’avant-garde (nous vous avons épargné les titres les plus abscons).
 

 

 

Clifford T. Ward – Leader (Singer ∙ Songwriter ~ 1972)

Cet homme aux multiples accomplissements (il a entre autre enseigné le théâtre à la future femme de Sting) et à la superbe chevelure de pur sang andalou a enregistré son premier album pour Dandelion Records, avant une carrière plus exposée et lucrative. Notre compère ne sait pas encore exactement sur quel pied danser et les meilleures chansons du disque sont celles où il marivaude avec le psychédélisme (n’oublions pas qu’il est l’auteur du distingué « Path Through the Forest » de The Factory).

 

Siren – Wake up my Children (Siren ~ 1969)

Le premier groupe de Kevin Coyne, fondé avec deux briscards (dont un ex Bonzo Dog Band). Nous avons extrait de ce premier album grumeleux ce morceau sautillant, bombe à dance floor psychiatrique.

 

Country Sun – The Colour is Blue (There is Some Fun Going Forward ~ 1972)

Effort éphémère d’un duo formé de Paul Savage et John Hewitt qui enregistra trois chansons pour John Peel à l’occasion d’un jamboree visant à présenter des groupes non-signés. Aucun single ou album ne résulta de cette rencontre, uniquement ce titre disponible sur ce disque promotionnel.

 

 

The Way We Live – Storm (A Candle For Judith ~ 1971)

Duo formé par le poète Steve Clayton et le multi instrumentiste Jim Milne, il a réussi à tromper son monde et John Peel tant ses morceaux intriqués et substantiels semblent l’œuvre d’un groupe complet. (Voir Tractor)

 

Principal Edwards Magic Theatre – Enigmatic Insomniac Machine (Soundtrack ~ 1969)

Attention ! Collectif + performances théâtrales. Nous vous laissons le plaisir vicieux d’aller vous gausser devant le spectacle de ces dernières, on peut cependant apprécier également la gracieuseté de certaines de leurs compositions.

 

Medicine Head - Pictures in the Sky (single ~ 1971)

Des gens mal intentionnés vous diront que ce duo joue du blues-rock, mais leur ravissant premier album pose davantage ses fesses presque nues sur le tapis du folk en chaussettes (ou loner folk comme on dit de nos jours). Quoiqu’il en soit nous avons choisi ce single de 1971, leur troisième, primesautier en diable, qui évoque un glam rock débranché et démaquillé.

 

Mike Hart – Sing Song (Basher, Chalky, Pongo and Me ~ 1972)

Un ancien de la troupe Liverpool Express, plagiaire de Bob Dylan dont le deuxième album est pour moitié rempli de dialogues ineptes. Quel intérêt ? Celui de favoriser certaines chansons comme ce « Sing song », dont l’intention lourdement satirique ne réussit pas à camoufler fraîcheur et spontanéité.

 

 

Beau – Silence Returns (Creation ~ 1971)

Il y a un paradoxe Beau (de son vrai nom Trevor Midgley) : ce talentueux songwriter penche vers la folk song la plus traditionnelle (revendiquer l’influence de Tom Paxton en 1971 comme il le fit peut même ressembler à un suicide artistique) tout en affichant des ambitions psychédéliques, voire avant-gardistes. Témoin cet extrait qui débute comme une amère chanson de marinier puis se disloque en plein milieu pour laisser la place aux guitares et batterie forcenées de Jim Milne et Steve Clayton (The Way We Were/Tractor) dans un climax absolument pétrifiant.

 

Stack Waddy – Mystic Eyes (Stack Waddy ~ 1971)

Du hard rock bluesy sauvé de la ventripotence par une agressivité salutaire, comme sur cette reprise de Them. Extrait de leur premier album sur les deux qu’ils enregistrèrent pour Dandelion.

 

Kevin Coyne – White Horse (Case History ~ 1972)

Extrait de son premier album solo, un folk râpeux aux paroles déstabilisantes, à l’image de ce dont témoigne Kevin Coyne, ces histoires d’addiction et de folie passées sous le radar des indie poppers fanatiques du vulvite underground. Profitons-en.

 

Bridget St. John  - Back To Stay (Songs For The Gentle Man ~ 1971)

Les puristes folk, ces gens secs comme le saucisson sec, préfèrent son premier album, mais nous privilégierons le second, pour les arrangements de Ron Geesin (coupable de ceux de “Atom Heart Mother”), glaçage subtil qui sert à merveille les desseins arachnéens de la dame, comme en témoigne cette amabile reprise de John Martyn.

 

Tractor – Everytime it Happens (Tractor ~ 1972)

L’album de Tractor reste probablement le chef d’oeuvre du label, oscillant entre furies ferrugineuses et exquises ballades célestes. Il s’agit des deux comparses de The Way We Live, sous leur second blaze.

Partager cet article

Repost0

commentaires