Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 08:46

D’abord, les faits : un mystérieux japonais (affublé qui plus est d’un nom de femme), débarque en 1968 à New York pour enregistrer un double album sous la houlette d’un producteur dont on préférera par décence taire les antécédents. Le résultat de cette conjoncture improbable ouvre de nouvelles pistes davantage qu’il n’éclaircit celles qu’on s’attendait à fouler. Le double-album est constitué d’un premier disque émaillé de pop-songs furtives tandis que le second ne consiste qu’en deux plages d’une quinzaine de minutes chacune.

Il est difficile de préciser la tonalité ou le genre des chansons d’Harumi. Force est de constater qu’on n’est pas en face de l’horreur stoner flower power attendue et redoutée. Bien sûr on trouvera ici ou là un phaser languissant, un groove de hippie, un quart de ton vaguement indianisant, mais rien de grossièrement exotique dans la forme musicale. Dans ses meilleurs moments (« Don’t know what I’m going to do », « Hurry up now », « What a day for me »), Harumi joue une blue-eyed soul aux muscles fatigués ; cependant l’ensemble laisse une déstabilisante impression d’hétérogénéité, qui ne dérangera que les sots ans cœur, ceux qui ne savent pas distinguer le beau du trivial dans leurs propres rêves. Dans ce disque où l’on ne sait jamais où s’accrocher, fait à l’évidence par un homme accoutumé à ce que le sol se dérobe sous ses pieds, on retrouve malgré la douceur et la politesse de l’ensemble une inquiétude toute californienne. Harumi chante comme le rescapé d’une catastrophe qui tenterait tant bien que mal de raconter le parfum de la mort. Armé d’une joie fragile, il laisse ses estampes (Ukiyo-e, « images du monde flottant ») dériver sur la rivière, jusqu’aux deux contemplations finales, échos de montagnes mises à terre, qui finissent de donner à ce singulier double-album un goût d’avalanche.


Harumi - Fire by the river

Harumi - What a day for me

Harumi - Don't know what I'm gonna do

Partager cet article

Repost0

commentaires

Loretta (secrétaire de Jeanpop2) 15/05/2009 21:01

Jeanpop2 me demande de vous transmettre ceci : "Merci mon brave".

Louis B. 15/05/2009 15:26

Vrai qu'il a de l'allure, cet album : nonchalant puis grinçant, puis confortable, étouffant... Je me l'étais offert suite à l'écoute d'un des titres que tu avais mis sur myspace. Continue tes chroniques, ça me donne envie d'écouter de la musique ;)