Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2005 3 12 /01 /janvier /2005 23:00

Cellule de crise: sauvons la dignité de Mac Becquerel

Le cousin de M. Becquerel, Mac, est toujours incarcéré dans la prison de San Quentin, où il subit le pire des déshonneurs en échange d'une protection douteuse. Nous lui avons dédié cette émission, entièrement composée de morceaux de la plus sûre virilité, afin de lui montrer notre soutien et relever sa dignité d'homme. Mac, un jour tu pourras à nouveau t'asseoir.

 

The Sonics "Cinderella"

The Pretty Things "Buzz the jerk"

The Sorrows "Let me in"

The Ranger Sound "Ricordami"

The Other Side "Out my light"

Jamo Thoma "Bahama Mama"

Bobby Freeman "I'll never fall in love again"

Kim Fowley "Night of the hunter"

Jades "Little girl"

Ike Turner and Tina "Nutbush city limits"

Del Shannon "Move it on over"

Andre Williams "Watcha gonna do"

Blacktop "Here I am I always am"

Syl Johnson "Ode to soul man"

Kent Meade "Is a bad one"

The Mummies "Die!"

The Deadly Snakes "Closed Casket"

Bunker Hill "The girl can't dance"

Bobby Patterson "Right on Jody"

The Bugs "Slide"

THe Chocolate Watch Band "Don't need your lovin'"

Soledad Brothers "Cadillac hips"

Vous pouvez écouter l'émission en direct tous les mercredis de 20h à 21h30 sur le site de radio campus Orléans (voir les liens). Vous avez grand intérêt à le faire.

Repost 0
Published by JEAN POP II - dans playlists
commenter cet article
8 janvier 2005 6 08 /01 /janvier /2005 23:00

                                                                                      

 A Jean pop II, Marquis de Pompadour,

ami et frère de la connaissance

 

   Il est faux de prétendre, comme beaucoup de romanciers l'ont fait, que notre personne se composerait de plusieurs moi. Si nous voulons réinvestir cette notion d'un contenu, nous devons admettre que le moi est l'unité tant contrastée , tant menacée de toutes nos manifestations. L'erreur de Mrs W. et de M. P. consiste à nier la complexité intrinsèque du moi, comme s'il était raisonnable de réduire celui-ci à une seule attitude vitale. Au contraire, le moi est le résultat de conflits, de dissensions qui, loin de le fragmenter, en assurant la vitalité. Cette obstination à vouloir critiquer la notion de moi s'appuie finalement sur une banalité: nous sommes parfois contradictoires, ce que le sens commun a toujours su. Le moi, analytiquement singulier, serait plutôt la réunion de pôles, dont la soul music nous raconte la lutte fratricide.

 

   Il coexiste en chacun de nous, sans que cela nuise à l'intégrité de notre personnalité, un pôle David Ruffin et un pôle Lee Dorsey. Ces pôles recouvrent chacun une pluralité d'attitudes de vie et de pensée, qu'il faudrait bien sûr détailler, mais nous n'en donnerons ici que les articulations, étant entendu que cet article ne sert que de propédeutique à une nouvelle discipline de l'esprit, dont le nom reste à trouver. Avant de décrire le fonctionnement de ces deux pôles, le lecteur aimerat sans doute que chacun d'eux soit présenté pour lui-même.

   Le pôle David Ruffin est le vecteur de toutes nos pulsions mortifères, il est l'expression moderne de l'Instinct de mort. La flamboyance constitue son ressort, nourrissant un comportemment violent, égocentrique et destructeur: véritable force de frappe, pluie de napalm, le pôle David Ruffin est responsable à la fois de nos désastres et de nos éclats tragiques. Il ne s'agit pas pour autant de le condamner, ni d'apprendre à le museler, parce qu'il peut par ailleurs nous procurer une capacité surhumaine de détestation, et c'est par lui que notre sentimentalité s'exacerbe. On remarquera l'ambivalence, difficile à dissiper, de ce pôle, dont le rendement, chaotique le plus souvent, peut parfois s'avérer immense.

   Le pôle Lee Dorsey nourrit, quant à lui, notre pouvoir d'amabilité et de contentement. Il est une célébration innocente et joyeuse des bienfaits de la vie, un "sourire" d'après Allen Toussaint. Elégance, décontraction et familiarité lui sont dues. Ce pôle explique l'aisance, la confiance, avec lesquelles nous accomplissons nos actions. Si, à la différence du Pôle David Ruffin, le pôle Lee Dorsey ne nous entraîne pas sur les cimes de l'humanité, au moins ce dernier nous confère un équilibre et un sens de la bonté, absents du précédent.

   Le lecteur perspicace aura compris qu'aucun de ces deux pôles, et même dans leurs échanges, ne saurait justifier la création. C'est qu'il manque à notre description la notion de fluide Sly Stone. Le fluide Sly Stone circule entre les pôles et de cette circulation naît l'énergie de la création. Il est une sollicitation permanente de la force des pôles David Ruffin et Lee Dorsey. Quand le fluide parvient à stabiliser son rythme, dans une économie idéale de forces polaires, il peut donner lieu aux plus magnifiques créations, dont le parangon est justement Sly Stone. Seulement, il arrive que le fluide Sly Stone s'investisse tout entier dans un pôle particulier, dans lequel il ne peut de toute façon demeurer à loisir, et nous observons, alors que telle attitude vitale, impossible à tenir dans la réalité parce que trop éprouvante, prend miraculeusement forme. D'où l'existence du type Marvin Gaye, investissement total du fluide Sly Stone dans le pôle David Ruffin, et le type Curtis Mayfield, investissement total du fluide Sly Stone dans le pôle Lee Dorsey. Les irrégularités de la circulation fluidique permettent aussi bien d'autres genres de création, qui donneront lieu à des cas, tel le cas Betty Harris, le cas James Carr ou bien le cas Bobby Freeman, tous remarquables du fait qu'en elles-mêmes, les irrégularités ont atteint à chaque fois des zones privilégiées des deux pôles: il en résulte (qu'on pense au cas Betty Harris) une oeuvre peu cohérente, alliant les registres les plus opposés, mais toujours infaillible dans son excellence. Signalons enfin la possibilité  d'un dysfonctionnement, imputable au fluide Sly Stone lorsque celui-ci n'irrigue plus les pôles David Ruffin et Lee Dorsey mais se dépense lui-même en tant que force de vie. Quand le fluide se prend pour objet, soit la création se vide de tout sens pour aboutir au déchet (dégénérescence Parliament) soit le fluide est suffisamment bouillonant pour susciter une création singulière et fascinante (faculté Andre Williams).

 

   Nous espérons ainsi contribuer à l'essor de la science psychologique, convaincus de son importance pour un projet de paix universelle et aussi de sa nécessité dans la perpétuation de l'espèce humaine.

 

Repost 0
Published by JEAN-PIERRE-PAUL POIRE - dans Essais épars
commenter cet article
5 janvier 2005 3 05 /01 /janvier /2005 23:00

Problèmes de famille

 

Jeanpop2 a beau être un défenseur de la famille et des traditions, il n'en pas pour autant inconscient des nombreux secrets d'alcôve sales qui ternissent l'intimité de certains chanteurs. Et c'est en toute pudeur qu'il a, avec ses fidèles sujets, dévoilé le double-sens de certaines de leurs paroles. M. Poire nous a donné une belle leçon de courage en participant à cette émission malgré son récent traumatisme. Bravo.

 

Bo Diddley "Diddley daddy"

Dale Hawkins "Mrs Mergritory's daughter"

The Kinks "Two sisters"

The Beach Boys "I'm bugged at my ol' man"

The Shangri-las "I can never go home anymore"

The Satisfactions "Daddy, you just gotta let him in"

Zakary Thaks "Can you hear your daddy's footsteps"

The Chants RB "Neighbour neighbour"

Les Lutins "Laissez-nous vivre"

Golden Earrings "Daddy buy me a girl"

The Moon "Mothers and fathers"

Sam Cooke "Cousin of mine"

The Wailers "Little sister"

The Cramps "The Mad Daddy"

Half pint and the Fifths "Orphan boy"

Oblivians "Hey Mama look at sis"

The Five Americans "Big cities"

We The People "My brother the man"

Tim Hardin "Last sweet moments"

The Gestures "Run run run"

Vous pouvez écouter l'émission en direct tous les mercredis de 20h à 21h30 sur le site de radio campus Orléans (voir les liens). Vous avez grand intérêt à le faire.

 

Repost 0
Published by JEAN POP II - dans playlists
commenter cet article
31 décembre 2004 5 31 /12 /décembre /2004 23:00

Suite à d'anodines remarques de ses comparses, M. Poire, homme susceptible et fier, a tenté de mettre fin à ses jours. Grand bien lui prit d'être novice en ce genre de pratiques. Il est maintenant sain et sauf et recouvre la santé et le moral en Toscane. Jeanpop2 aimerait lui dédier ce poème:

 

Toute fleur n'est que de la nuit

qui feint de s'être rapprochée

 

Mais là d'où son parfum s'élève

je ne puis espérer entrer

c'est pourquoi tant il me trouble

et me fait si longtemps veiller

devant cette porte fermée

 

Toute couleur, toute vie

naît d'où le regard s'arrête

 

Poire,

ce monde n'est que la crête

d'un invisible incendie

 

M. Poire, notre très cher ami

Repost 0
Published by JEAN POP II - dans People
commenter cet article
26 décembre 2004 7 26 /12 /décembre /2004 23:00

Jeanpop2, malade et alité, dicta cette méditation hallucinée à une scripteuse au chignon serré. Enveloppé de draps de satin pourpre, d'humeur plus ombrageuse que jamais.

 

"Seven rooms of gloom: il ne s'agit pas d'une nouvelle d'Edgar Poe, d'un film de Roger Corman ou d'une tranche honteuse de rock gothique, mais d'une chanson de The Four Tops, une des principales locomotives rutilantes de Tamla Motown, la fabuleuse usine où tous les employés étaient noirs, beaux et vêtus de vestes lamées. The Four Tops sont connus pour quelques hits (It's the same old song, Reach out I'll be there...) que d'autres, souvent Français en toute logique, ont sali de leurs mains purulentes. Mais, bien entendu, il n'y avait aucune chance qu'ils touchent à Seven rooms of gloom, puisqu'elle vole bien au-dessus de leurs membres chétifs. Chanson aussi remarquable qu'incroyablement peu remarquée et louée, chef d'oeuvre absolu de l'équipe Holland-Dozier-Holland, leur titre aussi le plus atypique, celui par lequel ils créent une percée, échappent à leur routine, à l'industrie et au calendrier.

Car ce morceau satisfait un fantasme que l'on croyait perdu pour l'inaccompli: celui de soul baroque. Dès les premiers choeurs appuyés par un clavecin squelettique, on a froid comme au contact du marbre, l'air est confiné et la lumière basse ("All the windows are painted black"). S'il y fait froid, c'est aussi que l'espace est vaste: sept chambres vides de présence humaine, peuplées de courants d'air qu'on appelle de manière plus romanesque des fantômes. Cependant la frénésie rythmique et les morsures vocales de Levi Stubbs nous retiennent d'employer à l'égard de cette chanson l'adjectif "hanté". La chanson hantée semble flotter dans les airs comme une menace et si elle gronde, c'est au loin derrière les landes. Son rythme est alangui et elle use volontiers de l'écho et de la réverbération. Elle est aérienne. La chanson possédée est tellurique: elle semble animée de tous ses membres par une présence extérieure, incontrôlable, tel un zombie mu par une force chamanique qui entamerait une danse fiévreuse. Ses mouvements sont syncopés et elle est éléctrique juqu'à la saturation.

Levi Stubbs et Kim Fowley (centre) 

Levi Stubbs est possédé. Asphyxié par la douleur, il vocifère dans l'ombre. Mais on n'est pas possédé que par l'angoisse. La preuve en est avec General Johnson, le génial chanteur de Chairmen of the board, groupe fréquemment comparé aux Four Tops pour sa collaboration avec Holland-Dozier-Holland. Cependant, le génie de General Johnson se situe de l'autre côté du spectre: s'il est possédé, comme dans Working on a building of love, c'est par une euphorie dévorante, une joie démente qui se révèle finalement aussi effroyable que la rage aveugle de Levi Stubbs. Quel que soit le sentiment qui l'anime, le possédé le porte au plus haut point, et tel James Cagney à la fin de White Heat, il coupe les ponts avec tout commerce humain pour devenir lui-même incandescent jusqu'à brûler la pellicule.

Je suis fatigué maintenant. Faites taire les chats qui se bagarrent dans le couloir. Je ne suis là pour personne. Ce matin, j'interdis au soleil de se lever." 

Repost 0
Published by JEAN POP II - dans Colères de Jeanpop2
commenter cet article
24 décembre 2004 5 24 /12 /décembre /2004 23:00

Chansons engagées (hahaha)

 

Le ton était donné: faisant fi de l'euphorie inconsciente et générale qui caractérise toutes fins d'années, Jeanpop2 et Jean-Pierre-Paul Poire prouvèrent une fois pour toutes qu'ils sont des citoyens du monde et respectent les bêtes à poil. M. Becquerel, du fait de son mauvais comportement lors de l'émission précédente, fut privé d'antenne.

 

Terry Randall "Sos"

The Standells "Riot on sunset strip"

The Music Machine "The eagle never hunts the fly"

The Yo yo's "Crack in my wall"

The Cool Sounds "Where do we go from here"

Los Chijuas "En su barrio"

The Hoochie Coochies "I'm a boy"

Ray Scott "The Prayer"

The Spiders "Mr Tax"

RL Burnside "Tojo told Hitler"

The Hunters "Russian spy and I"

The Perpetuated Spirits of Turpentine "I'm a double naught spy"

The Sloths "Makin' love"

The Shaynes "From my window"

Curtis Mayfield "To be invisible"

Phil Ochs "Cross my heart"

Sermon de Jeanpop2

The Bagdads "Green power"

Guitar Wolf "After school thunder"

Neil Young "Love in mind"

Montage "Grand pianist"

Of Montreal "Rose Robert"

John Lennon "I found out"

The Beach Boys "Disney girls (1957)"

Vous pouvez écouter l'émission en direct tous les mercredis de 20h à 21h30 sur le site de radio campus Orléans (voir les liens). Vous avez grand intérêt à le faire.

Repost 0
Published by JEAN POP II - dans playlists
commenter cet article
16 décembre 2004 4 16 /12 /décembre /2004 23:00

Even squares can dance! Those two guys are getting wild and hot! And if you girls see them in your neighbourhood, give'em oral sex or die ! 

Repost 0
Published by JEAN POP II - dans People
commenter cet article
16 décembre 2004 4 16 /12 /décembre /2004 23:00

Jeanpop2 et les relations entre sexes

 

Dans ce deuxième volet, la doctrine sexuelle, sentimentale et domestique de Jean Pop 2 fut abordée et discutée dans ses plus secrets replis. Comme précédemment, la tentation est grande de rabaisser cette doctrine à un traditionnalisme moribond, mais il apparaît très vite que ses dimensions et enjeux sont multiples, et réclament une classification ferme.

 

L. : Couderc me suggérait que Jean Pop 2, s'il était au fait des méthodes contraceptives et des maladies vénériennes, n'en perpétuait pas moins une pensée du sexe idéaliste et irresponsable.

B. : Le sexe ne constitue qu'une faible part de cette pensée, et je souhaiterais qu'au préalable, nous en présentions les axes principaux.

P. : Pour m'être longtemps penché sur le problème, j'en distingue trois dont l'importance s'avère égale dans le système entier. Le premier axe, qui inscrit Jean Pop 2 à la fois dans une filiation sensible de type Samuel Richardson et dans une filiation romantique doublement représentée par Maturin et André Breton, est l'axe du sentiment. Emerveillement pudique, aux frontières de la magie.

B. : C'est, je crois, dans ce cadre que d'une part, The Dovers, et d'autre part, The Music Machine, jouent un rôle de référent. Il n'est pas rare d'entendre Jean Pop 2 louer la beauté d'une femme en la comparant à une chanson de The Dovers. Que veut-il dire par là ?

C. : Jean Pop 2 dissimule mal sa tendance au satyrianisme.

P. : Au-delà d'une technique de séduction, il faut saisir la qualité solaire, hölderlinienne, de cet amour. De là une constellation comprenant Marvin Gaye, Dennis Wilson et Roy Orbison. Comme la musique, la beauté d'une femme est immatérielle ; la blancheur d'un sentiment pur s'y reflète et ressort grandie, finalement et de manière paradoxale -car je vous rappelle que la beauté n'existe pas- de son propre pouvoir d'auto-exaltation. D'où l'ivresse et le pathétique de cet amour, lorsqu'il s'aperçoit qu'il est issu de lui-même.

C. : Vous êtes en train de nous expliquer que cet amour pourrait naître d'un tas de fumier, pourvu que l'esprit s'y concentre suffisamment.

B. : C'est évidemment une lacune, mais j'y vois le terrible lot d'inconscience propre à chaque amour. En revanche, je comprends fort peu ce qui rattache cette conception romantique du sentiment à l'austérité des principes domestiques de Jean Pop 2.

MM.Poire et Lesec

P. : Si vous m'autorisez à développer ce qui est le deuxième axe, c'est-à-dire la conjugalité, je m'empresserais de préciser que toute la pensée de Jean Pop 2, visant à l'équilibre, cherche à compenser ses aspects déréglés par une rigueur quelque peu maniaque dans d'autres domaines. Gardez à l'esprit que Jean Pop 2 ne soucie pas de s'élever au dessus de l'humanité, mais qu'au contraire, il en exprime le suc. Alors, son approche quasi piétiste de la conjugalité s'explique.

L. : Piétiste ? Qui est Pié ? Cela m'évoque un chef cambodgien...

B. : ...

P. : La dévotion de Jean Pop 2 pour Slim Whitman ou James Stewart a créé chez lui un attachement pour les valeurs pérennes de fidélité, d'éducation, de modestie et de propreté. Deux êtres, que Dieu a réunis, doivent ensemble aller au bout de la route, et il n'est nulle maladie, nul conflit, nulle dispute susceptibles de défaire le lien divin. Comme l'écrit Jean Pop 2, le foyer sera le gardien de ton âme. Les media gauchistes, fémino-homoïstes ont durement reproché à Jean Pop 2 de laisser libre cours à la tyrannie domestique. C'est oublier que Jean Pop 2 compte parmi ses chansons favorites "Stand By Your Man" et qu'il serait le premier à fusiller les maris qui battent leur femme.

B. : Ne pas penser que la vie du foyer nuise à l'épanouissement personnel. C'est une vision naïve, qu'il serait facile de démonter.

C. : Le foyer, c'est également là qu'on s'accouple, non ?

P. : Tout à fait, c'est le troisième axe. Le sexe.

L. : Oui ?

P. : Là encore, plutôt que souscrire au discours dominant qui veut faire du sexe une fête permanente et décontractée, sans non plus reconnaître la vision froide et avilissante des Décadents, Jean Pop 2 poursuit dans une voie originale. La référence aux Jay-Jays est ici fondamentale puisqu'à elle seule, la chanson "I Keep Tryin'" a permis à JeanPop 2 d'envisager une praxis inédite du sexe, qu'il a baptisée le Jeu de l'Ombre et de la Proie, ou l'Art de la Traque Psycho-Batave.

C. : Est-il besoin d'entourer le sexe de concepts si fantomatiques ? Jean Pop 2 copule comme vous et moi, j'imagine. Il a donc une idée de ce qu'est une décharge d'énergie sexuelle !

P. : Ses pratiques restent un mystère. Il est néanmoins admis que la doctrine sexuelle de Jean Pop 2 relève plus ou moins de la mystique, d'un niveau de conscience accrue. Peut-être est-il malaisé d'en parler en termes discursifs.

L. : C'est une affaire privée, c'est entendu, mais ça doit quand même être du joli.

Repost 0
15 décembre 2004 3 15 /12 /décembre /2004 23:00

Punchlines

Le saviez-vous? Le rock sixties, à l'instar d'un déjeuner chez George brummel, d'un film des Marx Brothers ou d'une conversation avec notre collaborateur M. Becquerel, comporte quantités de mots d'esprit et de fines tournures de phrase, tantôt salaces,  fières, touchantes ou poétiques. C'est à leur décryptage et leur mise en relief que se sont adonnés Jeanpop2 et son cénacle au complet: ainsi MM. Poire, Becquerel, Couderc et Lesec ont mené à terme cette entreprise radiophonique, non sans de fréquents coups de becs et griffes. Mais ceci, bien entendu, est le prix de la passion...

  

Tony Colton "I've laid some down in my time"

The Chocolate Watch Band "Are you gonna be there"

The Chocolate Watch Band "I'm not like everybody else"

I Rockings "I ain't no miracle worker"

Noi Tre "Distruggimi"

The Electric Prunes "Are you loving me more (but enjoying it less)"

The Band "Jawbone"

Creedence Clearwater Revival "Wrote a song fore everyone"

Bob Dylan "I dreamed I saw Saint Augustine"

Bobby Freeman "Four piece funky, nitty gritty junky band"

Don Covay "Why did you put your shoes under my bed?"

Breakers "Don't send me no flowers (I ain't dead yet)"

Kris Kristofferson "The law is for protection of the people"

The Purple Hearts "Of hopes and dreams and tombstones"

Count Five "Double decker bus"

Chords Five "Universal vagrant"

Curtis Mayfield "Makings of you"

The Savages "The world ain't round it's square!"

Vous pouvez écouter l'émission en direct tous les mercredis de 20h à 21h30 sur le site de radio campus Orléans (voir les liens). Vous avez grand intérêt à le faire.

 

Repost 0
Published by JEAN POP II - dans playlists
commenter cet article
12 décembre 2004 7 12 /12 /décembre /2004 23:00

Jeanpop2 et les peuples du monde

Ont participé à ce colloque:

     - M. Poire, consiliere de Jeanpop2

     - M. Couderc, historien de la vie privée

     - M. Lesec, biographe de M. Couderc

     - M. Becquerel, spécialiste des écrits intimes

L'enjeu de cette première discussion est de définir le rapport de Jeanpop2 aux civilisations terrestres : s'agit-il d'un humanitarisme, d'un néo-colonialisme ou d'une attitude nouvelle offrant des perspectives heureuses pour l'humanité de demain?

MM. Poire et Couderc

P. : L'intérêt de Jean Pop 2 pour les cultures indigènes est déjà ancien et ne s'est jamais démenti au cours des années. Je peux même ajouter qu'il s'est raffiné au contact d'autres visions et de ses nombreuses amitiés dans la famille des chercheurs. La curiosité de ses jeunes années a mué non pas en un encyclopédisme essoufflé mais en un enthousiasme critique, toujours prêt à combattre ses propres certitudes.

 

C. : Certitudes ? Quelles sont-elles au juste ? Je ne parviens pas à mettre la main sur un concept viable, sur une théorie, qui émergerait de la logorrhée de Jean Pop 2. L'amour lointain pour les indigènes ne sufit pas à constituer une pensée et trop souvent, le discours de Jean Pop 2 rappelle celui des philanthropes bourgeois du siècle passé.

 

L. : Couderc ne se trompe pas lorsqu'il affirme que la doctrine de Jean Pop 2 peine à trouver une formulation nette.

 

P. : Il serait pourtant aisé de ramasser en un tout cohérent les idées éparses de Jean Pop 2. Mais le faut-il ? Demande-t-on à Kafka d'achever ses romans ? La fragmentation du discours de Jean Pop 2 répond à une nécéssité interne d'infinitude. C'est le contraire d'un système oppressif. Revenons, je vous prie, à la question de départ.

 

C. : Feriez-vous un lien entre cette pratique du discontinu et la vocation planétaire de Jean Pop 2 ? Si tel est le cas, l'idée de monde semble exclue et l'humanité vue par Jean Pop 2 se résume à un patchwork pittoresque, où, au lieu de creuser notre sillon commun, il s'agirait de favoriser nos écarts et nos petites manies nationales.

 

L. : C'est précisément là que le bât blesse.

 

MM. Poire et Becquerel

B. : J'ai été ému par l'attachement de Jean Pop 2 au peuple turc, au moment où celui-ci traverse une douloureuse phase d'intégration au processus européen. Ce genre de solidarité, esthétique et au-delà, est très peu ressenti par nos contemporains. Diffuser The Mogollar ou encore Erkin Koray, c'est non seulement être au coeur du charme oriental mais aussi prôner une réconciliation inter-culturelle.

 

P. : Le cas turc n'est pas isolé dans l'entreprise intellectuelle de Jean Pop 2. Je vous remercie, Becquerel, de l'avoir mentionné. En fait, la Grèce, l'Uruguay et Singapour ont été l'objet de minutieuses recherches de la part de Jean Pop 2, et il apparaît que ces trois pays que je viens de citer affichent une santé morale et économique radieuse. Le passage radiophonique a donc bien été salutaire dans les trois cas. Jean Pop 2, Medicine-Man ?

 

C. : Oui, sans doute, mais ses interventions, si décisives soient-elles, restent spontanées et non soutenues par un système. Si le coup de coeur prévaut, des peuples esthétiquement disgracieux resteront ignorés de cette action bénéfique.

 

L. : Hélas.

 

B. : "Il faut mériter, par sa musique et son style vestimentaire, d'être distingué par la main de Dieu" Saint-Just. 

 

P. : Oui, l'action de Jean Pop 2 ne se réalise que sous certaines conditions. Mais le temps, fertile en résurrections, permettra peut-être une extension de cette action, et nous disposerons alors d'une doctrine complète, que je sais d'avance novatrice et singulière. C'est néanmoins le fragment et sa résonnance moderne que je vous demande pour l'heure de méditer.

*****

Repost 0